Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

5 règles à respecter pour construire une maison passive

5 règles à respecter pour construire une maison passive

Les maisons passives, grâce à leur aspect écologique, ont le vent en poupe dans les constructions ! Mais avant de vous lancer, connaissez-vous les règles à respecter pour en bâtir une maison écologique ?

5 règles à respecter pour construire une maison passive

Sommaire

Maison passive : les règles à suivre pour votre projet de construction

Pour rappel, une maison passive est un bâtiment qui a pour caractéristique d’être une construction très basse consommation, qui utilise la chaleur du soleil pour emmagasiner de l’énergie l’hiver, et qui se base sur une excellente isolation thermique l’été pour rester fraîche. Ce qu’il faut savoir, c’est que ces constructions, encore assez rares sur le marché français, ne sont pas réellement réglementées par des lois spécifiques, ni même par la RT 2012. Cependant, il existe le Passivhaus Institut, un institut allemand, qui se charge d’édifier les critères de labellisation des maisons passives. Voici un résumé des règles à respecter pour construire une maison éco-responsable mais surtout pour qu’elle soit reconnue comme telle.

1. On réduit drastiquement sa consommation énergétique

La maison passive a pour caractérisque principale de consommer en moyenne 90 % d’énergie en moins qu’une construction déjà édifiée. Pour être bel et bien reconnue comme passive, votre construction ne devra donc pas consommer plus de 15 kWh par m2 et par an en chauffage. Elle utilisera différentes sources de chaleur pour ne pas être glaciale, comme une bonne isolation (voir juste en-dessous), des puits de lumière à différents endroits ou des matériaux efficaces. 

2. On utilise certains matériaux pour la construction d’une maison passive

Encore une fois, comme nous vous le disions, il n’y a pas de législation en vigueur pour les maisons passives en France. De fait, vous n’avez aucune obligation… Mais il serait assez antinomique d’utiliser une structure en plastique pour une maison écologique, non ? Pour l’ossature et la façade, le bois sera donc privilégié, et c’est encore mieux s’il est issu de forêts françaises gérées durablement. Pour l’isolation, le béton écologique (fait d’un mélange de chanvre et de chaux) les briques, la terre-cuite ou encore des blocs coffrants isolants pourront être utilisés.

Bon à savoir

Pour être véritablement écologique, une maison passive doit utiliser des matériaux ne nécessitant que peu d'énergie lors de leur fabrication et de leur mise en œuvre. Cela englobe l'origine du produit (plutôt local) ainsi que le transport et la performance du produit une fois utilisé... Les matériaux d'une maison passive doivent ainsi pouvoir être également réutilisés ou recyclés !

3. On fait très attention à l’isolation

En parlant d’isolation, justement, si les maisons passives consomment environ 90 % moins de chauffage qu’une maison déjà construite, c’est notamment parce qu’elles sont extrêmement bien isolées. En maison passive, on peut compter jusqu’à des épaisseurs de 50 cm pour l’isolation thermique : c’est d’ailleurs pour cela que l’on utilise généralement une ossature en bois, car celle-ci permet de placer de l’isolant directement dans les murs. Côté fenêtres, celles-ci seront également en bois, mais leur ossature sera doublée, afin d’y enfermer aussi un isolant. Le vitrage, lui, sera non pas double, mais triple. Entre les deux parois de verres, il y aura non pas du vide (comme c’est le cas en double vitrage) mais un gaz rare à faible émissivité, qui va bloquer la chaleur dans les deux sens : d’un côté repousser celle de l’extérieur (pour l’été) et de l’autre côté renvoyer l’air intérieur vers l’intérieur, pour y garder la chaleur l’hiver et la fraîcheur l’été. Mais pas de panique, il existe tout de même un renouvellement de l’air, via l’installation de VMC à double flux qui va également faire en sorte de réchauffer l’air entrant. De son côté, l’étanchéité à l’air devra être maximisée via la mise en place de membranes et d’adhésifs par-dessus le matériau isolant lors de la construction de votre maison passive.

4. On fait la chasse aux ponts thermiques

Ce que l’on appelle les ponts thermiques, c’est un phénomène créé suite à une isolation par l’intérieur lors de la construction d’un bâtiment. Comme l’ossature de ce dernier n’est pas continue, notamment sur les étages et les murs de séparation des pièces, un pont thermique se crée, ce qui a pour conséquence d’avoir une température différente dans chaque pièce, sauf que, en maison passive, on va justement chercher à avoir une douceur constante et identique dans toute l’habitation. 

5. On utilise des énergies propres

En étendard de la prise de position écologique, la maison passive devra évidemment utiliser des énergies propres, comme celle des panneaux solaires ou la récupération d’eau de pluie pour se fournir en électricité et en eau. Mais il faudra également penser à meubler sa maison d’appareils électroménagers à faible consommation pour aller jusqu’au bout de votre démarche et vous assurer la certification. Si vous souhaitez la consulter, la liste de toutes les spécificités techniques pour émettre la certification d’une maison passive est disponible sur le site de PassivHaus.

Bon à savoir

L’ossature en bois ou en brique mono-mur est privilégiée pour éviter ces disparités thermiques, car elle permet une bonne communication de la chaleur entre les différentes pièces et étages.

Plus de conseils :