Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Surélever sa maison : les points clés à connaître

Gagner de la place sans devoir déménager ou empiéter sur votre jardin, c’est possible en optant pour une surélévation. Autorisations nécessaires, solutions et budget, on vous dit tout sur ce type de projet !

Surélever sa maison : les points clés à connaître

Sommaire

Surélever une maison : que dit la loi ?

Comme tout travaux de construction, la surélévation est soumise à des réglementations. La première que vous devrez prendre en compte, c’est si votre commune est concernée par un plan local d’urbanisme (PLU). Si c’est le cas, vous devrez le consulter afin de savoir si celui-ci encadre ce type de travaux, notamment en imposant une hauteur maximale à ne pas dépasser pour une maison individuelle. Celui-ci pourra également vous imposer certains matériaux à utiliser.

Après vous être renseigné sur le PLU, vous devrez demander une étude de faisabilité à un maître d’œuvre, un artisan ou un architecte. Celui-ci va mener différents contrôles afin de vérifier que la maison peut supporter le poids que représente l’ajout d’un nouvel étage.

Une fois ces vérifications faites et validées, vous pourrez commencer les démarches administratives. Comme pour les autres travaux, si votre agrandissement ne dépasse pas 40 m² (ou 20 m² en cas d’absence de PLU en vigueur dans votre commune), vous ne pourrez avoir recours qu’à une déclaration préalable de travaux. Si votre projet dépasse cette limite fixée par la loi, un permis de construire sera nécessaire.

Bon à savoir

Si, avec les travaux de surélévation, la surface de votre maison dépasse les 150 m², le recours à un architecte sera obligatoire.

Comment se déroulent des travaux de surélévation ?

La manière la plus conventionnelle de surélever une maison sera de retirer entièrement ou en partie le toit, en fonction de votre plan de construction. La dalle qui servait de plafond de votre étage le plus élevé va être percée, les murs vont ensuite être rehaussés, toujours en fonction de votre projet. Une fois que tout cela est fait, votre ancien toit va être reposé sur votre nouvel étage.

Il y a également la surélévation hydraulique, qui a pour principe de désolidariser le toit des murs, et le soulever tout entier via un système hydraulique. La nouvelle ossature va ensuite venir s’intercaler entre le haut des murs et la toiture.

Il est aussi possible de démonter le toit en partie seulement, afin de pouvoir utiliser les murs existants pour y soutenir la nouvelle ossature. L’ancien toit va être démonté de l’intérieur, tandis qu’un nouveau sera posé sur l'étage flambant neuf.

Ensuite, les artisans poseront le sol de votre étage supplémentaire et prévoiront également la pose d’un escalier afin de pouvoir aller à l’étage. Ces travaux sont en partie des travaux de gros œuvre, complexes et minutieux qui doivent être encadrés, gérés et réalisés par des professionnels du secteur.

Bon à savoir

C’est un chantier qui peut être pénible, notamment si vous n’avez qu’un seul étage et que vous décidez de surélever la totalité de la surface de votre logement. Dans ce cas, vous devrez vous reloger le temps des travaux.

Quel budget pour une surélévation de maison ?

Un tel aménagement a évidemment un coût… Mais si les travaux sont impressionnants, vous noterez que le budget total d’une surélévation sera toujours moins élevé que de prévoir un déménagement entier et donc l'achat d'une nouvelle maison.

  • En moyenne, vous pouvez compter 1 500 €/m² pour la pose d’une structure brute simple.
  • Pour une construction complète comprenant installation du sol, des sanitaires, le raccord électrique, la pose des cloisons, vous pouvez vous baser sur un budget de 2 200 €/m².
  • La surélévation d'une maison peut aller jusque 4 000 €/m² si vous choisissez des matériaux nobles, par exemple. De ce fait, pour un projet de surélévation de 35 m², vous devrez prévoir une enveloppe de 77 000 € pour un aménagement complet.

N'oubliez pas d'ajouter des frais liés au dossier de permis de construire et éventuellement les honoraires de l’architecte, mais également vos frais de relogement si vous devez trouver un autre toit le temps des travaux.

Plus de conseils :